> Bâti mécanique HO1 pour applications ou environnements difficiles, salles blanches ou matériaux de très grande largeur
 


Le bâti le plus stable et le plus robuste du marché

Les bâtis de la série HF1 sont extrêmement robustes et ne présentent pas d’ouverture en vis-à-vis du matériau à mesurer.

L’extrême robustesse permet la mesure de matériaux ayant jusque 12 mètres de largeur et en fait le bâti idéal pour les mesures délicates où une grande précision est requise.

L’absence d’ouverture en fait le bon choix lorsque l’environnement est très difficile (poussières, fibres, humidité, solvants…) ou inversement en cas de procédés ultra propres où le scanner ne doit pas générer de poussières qui pourraient se déposer sur le matériau.

Il y a vingt bâtis dans cette gamme, le pas séparant deux modèles successifs étant de 500mm. Le tableau suivant donne la largeur mesurable en fonction du modèle de bâti et du capteur installé.

Type de bâti XTiLE (Rayons X) LTD/LTD (Laser) IR4 or IR6 (Infra rouge) BTi, PM147, KR85, Sr90 (radioéléments artificiels)
HO1 - 25002550250026502600
HO1 - 30003050300031503100
................................
HO1 - xxxxxxxx + 150xxxxxxxx + 150xxxx + 100
................................
HO1 - 1150011550115001165011600
HO1 - 1200012050120001215012100

L’entrefer, c'est-à-dire la distance entre les deux têtes du capteur, peut être réglé entre 10mm et 80mm. Le réglage dépend du type de capteur, de l’application, de l’épaisseur de la matière à mesurer ou de contraintes de sécurité.

La ligne de passe (distance au sol à laquelle le produit défile) est comprise entre xxx mm et xxx (+25) mm en standard (25mm de réglage) et peut être réduite à yyy mm si nécessaire. Pour des lignes de passe supérieures à xxx mm le scanner est monté sur des rehausses adaptées.


Bâti.

Le bâti est formé par une structure dont les poutres horizontales ont une section de 400x350mm ce qui lui confère un module d’Young extrêmement élevé. Par exemple la flèche au centre d’une machine de 10 mètres est inférieure à xxxx. La résistance à la torsion est impressionnante. Côté moteur, l’équipement électrique est localisé dans un caisson mécano-soudé et forme un montant particulièrement rigide. Côté opérateur, le montant est fait à partir d’une plaque d’acier de 40mm d’épaisseur. L’ensemble a une robustesse et une stabilité exceptionnelles.

Le système de guidage est fixé, lors de l’assemblage final, sur des portées usinées directement à l’intérieur du bâti complètement soudé et monté. Le parallélisme est donc parfait dans tous les axes. Il n’y a aucun système de réglage. On évite ainsi les opérations de maintenance sur site toujours coûteuses et délicates. Cette solution assure des déviations inférieures à 0,2mm dans tous les axes de déplacement et sur toute la longueur du bâti.

Les poutres sont ouvertes sur le côté pour permettre le passage des charriots. Cette configuration est très pratique pour les environnements ultra-propres car aucune poussière venant de la poutre supérieure ne peut tomber sur le matériau.

Inversement, poussières, fibres, eau ou projections diverses provenant du matériau en cours de défilement ne peuvent pas pénétrer dans la poutre du bas. Cette machine est donc idéale pour les environnements difficiles que l’on rencontre par exemple sur les lignes de non-tissés, les float-glass, les lignes d’enduction ou les lignes de papeterie.

Côté opérateur le montant du scanner se limite à la structure du bâti, c'est-à-dire au montant de 150x40mm de section. Cet encombrement, réduit à son minimum, facilite grandement l’introduction de la matière au démarrage de chaque nouvelle production.

En option, Les bâtis de la série HO1 peuvent être ouverts côté opérateur. Dans ce cas la poutre supérieure est d’abord fixée sur la structure de la ligne de production et le montant de 150x40mm est ensuite démonté.

La ligne de passe inclus une semelle qui est fixe côté opérateur et mobile côté armoire électrique. Côté mobile, la semelle est constituée de deux plaques d’acier liées entre elles par des patins à billes. Le bâti est donc libre de se dilater ou se contracter en fonction des variations de température. Ce dispositif empêche d’éventuelles déformations mécaniques.


Circulation d’air.

Il peut arriver cependant que les températures varient différemment entre la poutre supérieure et de la poutre inférieure puisque la matière en cours de production fait écran entre les deux. Dans ce cas les deux poutres ne se dilatent pas de la même manière. Une déformation du bâti en résulte qui ne peut être compensée par la semelle mobile côté armoire.

Bien que ces déformations soient constamment corrigées en temps réel, car nos capteurs mesurent constamment la distance entre leurs deux têtes, notre philosophie est d’éviter ou de limiter au maximum les compensations actives. Les bâtis de la série HO1 ont donc été conçus pour permettre une circulation d’air à haut débit entre les deux poutres.
Ce dispositif homogénéise la température du bâti et évite ainsi toute déformation mécanique. Les bâtis de la série HO1 sont les seuls sur le marché à en être équipé.

La circulation d’air est un dispositif extrêmement efficace pour garantir la stabilité de la géométrie du bâti. Nous l’installons sur toutes les machines où les mesures sont délicates. C’est le cas lorsque les matériaux sont de très faible épaisseur comme avec les films plastiques bi-orientés.

Cependant, pour la grande majorité des matériaux, ce dispositif n’est pas nécessaire. Nous l’utilisons néanmoins, de manière détournée, en cas d’environnement difficile en soufflant directement dans le volume de guidage, ce qui le met en légère surpression, de façon à ce que poussières et fibres ne pénètrent pas dans les poutres. C’est une fonctionnalité très utile sur les lignes de matériaux non tissées par exemple.


Guidage.

Le guidage est réalisé par deux chariots équipés de douilles à billes circulant sur des rails chromé dur (HRC 62). Le montage, hyperstatique, est extrêmement stable. Les têtes des capteurs sont fixées sur ces chariots.

Les chariots sont tractés par des courroies crantées en polyuréthane renforcé de câbles d’acier. Le système de tension des courroies peut en être facilement dissocié.

Les courroies sont supportées tout le long du bâti. Leur tension peut donc être réglée de manière optimale, évitant ainsi vibrations et usure prématurée, ce qui accroît la fiabilité de l’équipement.

Les courroies inférieure et supérieure sont couplées directement via un arbre unique qui transmet le mouvement. Ce montage, extrêmement simple, assure un maximum de fiabilité.

Le système de fixation des courroies sur les chariots peut très facilement se démonter. On peut aisément et rapidement désaccoupler les têtes pour les opérations de maintenance (comme nettoyer les têtes des capteurs ou en changer les fenêtres par exemple). Le ré accouplement est également très simple. Aucune opération d’alignement n’est nécessaire, un dispositif mécanique permettant de retrouver automatiquement la position relative des capteurs.


Capotage / Protection du guidage et du système d’entraînement.

Excepté la zone de passage des supports capteurs, le scanner est complètement fermé par des capots qui protègent le système de guidage des poussières et fibres. Les capots sont conçus de façon à pouvoir être enlevé très rapidement. En option ils sont réalisés en aluminium pour en réduire le poids et faciliter leur manutention.

Pour des environnements très difficiles le scanner peut être mis en légère surpression comme explicité plus haut.


Maintenance.

La maintenance et l’entretien ont été particulièrement étudiés pour réduire au minium les temps d’intervention. Toutes les opérations sont donc très faciles et très rapides.

A titre d’exemples:

  • Graissage des douilles à billes: Il s’effectue avec une pompe à graisse standard par des trappes d’accès situées aux deux extrémités.
  • Désaccouplement des têtes: Les trappes d’accès aux deux extrémités donnent un accès direct au système d’accouplement.
  • Ré accouplement. Il est Immédiat un système mécanique permet de revenir à la géométrie optimum sans qu’aucune opération d’alignement longue et fastidieuse soit nécessaire.
  • Lubrification des poulies. Un petit capot à fixation instantanée est à enlever (pas de visses).
  • Accès au moteur et à l’arbre d’entraînement. Là aussi il y a un seul capot à enlever (pas de visses).


Armoire électrique.

Toutes les fonctions électriques du scanner sont rassemblées dans une armoire incorporée dans le montant situé à opposé du côté opérateur. Nos scanners sont des machines autonomes et complètes qui s’installent donc beaucoup plus rapidement que les systèmes classiques où l’armoire électrique est déportée avec tous les problèmes de connexion et de câblage que cela suppose.